En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

La recherche documentaire

1. QUESTIONNEMENT À PARTIR DU SUJET

Par CLAUDINE TEYSSEDRE, publié le mercredi 4 septembre 2013 15:56 - Mis à jour le mardi 8 décembre 2015 12:06

cerner le sujet, définir des mots clés

a. Comprendre la question, savoir ce qu’attend le professeur (réponse courte, exposé d’une durée de…, dossier…, pour quel professeur, pour quelle date…)

 recherche de définitions et notions dans les dictionnaires de langue, des synonymes, analogique...

 analyse du sujet pour en comprendre tous les enjeux, éventuellement le préciser

 

b. Mobilisation des idées : réfléchir, trier, classer. Cela prend deux formes, souvent complémentaires :

remue-méninges ou brainstorming : s’interroger sur ce qu’on sait déjà sur la question, noter les termes qui viennent à l’esprit à partir des mots principaux de la question, en essayant de les classer, établir des liens (hiérarchie, synonymie…) entre eux, éventuellement réaliser une « carte de connaissances » (carte mentale, heuristique) où figurent les liens entre les notions, les informations apportées, les questions restantes... ; on arrive progressivement à ce qu'on ne sait pas et qu'on pose sous forme de questions ;

questionnement logique, afin de n’oublier aucun aspect du sujet : QQCOQP(C) qui ? quoi ? comment ? où ? quand ?pourquoi ? (combien ?). Selon la consigne, une question peut prendre plus ou moins d’importance que les autres. Vous pouvez déjà répondre à une ou plusieurs d’entre elles, seuls ou avec l’aide d’un dictionnaire ; les notions obtenues sont à classer avec les autres ;

 Cela permet d'approfondir le sujet et d'explorer toutes les pistes de recherche, afin d’établir une liste de mots-clés, un plan de recherche, et éventuellement d’élaborer dès cette étape une ébauche de problématique. A ce stade, les connexions entre les diverses notions en jeu sont faites, et on s'est approprié le sujet.

Cette méthode permet aussi de structurer la présentation des résultats de la recherche et de leur analyse. Elle est largement décrite et utilisée aujourd'hui dans de nombreux domaines dont la recherche de solutions à des problèmes. Voici quelques sites qui présentent son intérêt et son utilisation :

www.biotechno.fr

le CNRS

 

Les mots-clés (plus précis qu'une question complète, indispensables pour l'interrogation d'une base de données, d'un moteur interne) : noms communs, expressions (nom commun comme mot significatif), sans déterminant, sans mot de liaison entre eux quand on associe plusieurs mots-clés pour construire une équation de recherche, noms propres, pas d’adjectif ou d’adverbe seul, ni de verbe.

 

NB : des feuilles de brouillon sont à votre disposition au CDI pour ce genre de travail