En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Manga quoi ?... mangaka !

Hana no breath !

Par CLAUDINE TEYSSEDRE, publié le vendredi 3 novembre 2017 08:43 - Mis à jour le vendredi 3 novembre 2017 08:48

Commentaires
NB : les commentaires sont désormais clos
  • Hana No Breath: Rapide commentaire et notation comme valeur représentative de mon opinion.


    Modifié il y a plus d'un an
    Je dois avouer que j'étais septique, parce que je l'ai abordé comme je l'aurais fait avec n'importe quel ouvrage de shojo ou shonen (traduisez de romance ou de combat) classique, et donc avec une construction scénaristique classique. Cependant, j'ai été assez dérouté par la manière dont les éléments du scénarios sont apportés. La plupart surviennent quand on ne s'y attend pas. Il y a quand même quelques points de repère sur l'évolution supposée (et qui sont justes) mais pour ma part je l'ai trouvé changeant sur ce point. Le sujet abordé aurait pu tourner dans le plat et déjà trop vu si les actions et pensées des personnages n'étaient pas parfois novatrices (abordage de thème comme le manque d'acceptation personnel, les hésitations sur des sujets originaux, etc...). Enfin le dessin est ce qui achève de me laisser septique au moins pour les deux premiers tomes je pense. Le trait est léger et ne contient pas trop de superflus ce qui permet une lecture dynamique et plus nette qui convient à ce genre d'histoire. Le soucis, de mon point de vue, c'est l'utilisation surabondante de chibis (dessins de personnages simplifiés et plus petits, mettant en avant le côté mignon de la scène ou de la phrase). De temps à autre, oui, a fortiori dans un manga de romance... Mais en user dans les scènes sombres ou un peu tendues, cela casse selon moi le rythme de lecture et nous ramène à un côté plus enfantillage dont on s'éloignait pourtant un peu. C'est tout cela qui donne selon moi un avis lourdement mitigé sur l'oeuvre. Je serais tenté de ne plus y toucher et de pointer les imperfections, mais c'est le genre d’œuvres qui même si elles sont imparfaites, parviennent à nous toucher. Et comme l'on ne peut que s'améliorer... Ça fait envie, je dois l'avouer. (Et pour mettre une notation comme valeur représentative de mon opinion): 11/20