En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Voyage Pays de Galles / Trip to Wales

Final task 2 productions (3/3)

Par THIERRY CALVANUS, publié le mardi 8 mai 2018 15:32 - Mis à jour le lundi 25 juin 2018 11:51
Final Task 2
 

 

 

Final task 2, Indiana

 

Characters : Former soldier of the 2WW & a nurse

 

Scene :  The Second World War is finished. Kelly is waiting her husband at the train station.              She finally sees him.

 

Kelly : - “Oh John” (câlin) “Tu m’as tellement manqué ! Je pensais que je t’avais perdu mon amour…”

 

John : - “Ca n’arrivera jamais chérie. Jamais. Je t’aime trop. Comment s’est passé ton travail à l’hôpital ?”

 

Kelly : - “C’était dur. Mais je suppose que c’était pire au front.”

 

John : - “C’était dur sans toi. J’étais complètement perdu. Surtout quand j’était dans l’armée de terre…”

 

Kelly : -”Oh oui, les rats, la nourriture froide… tu m’as raconté dans tes lettres.”

 

John : - “Les rats, la nourriture froide… Ce n’était pas les pires choses.”

 

Kelly : -”Les bombes…”

 

John : - “Oui. Elles nous tuaient tous. Mes amis. Mes chefs. Quelques uns de mes ennemis/ Mais ça prenait du temps.”

 

Kelly : - “Pourquoi tu ne m’as pas raconté toutes ces choses avant ?”

 

John : - “Comment pouvais-je? Mes camarades ne revenaient pas. Et j’étais là-bas, essayant de trouver les mots pour décrire la scène à ma merveilleuse femme qui m’attendait parce que j’était toujours en vie. C’était trop dur Kelly”

 

Kelly : - “Je sais… J’ai vu beaucoup de soldats à l’hôpital où je travaillais. Et là bas j'ai beaucoup discuté avec eux pour savoir ce qui s’était passé au front parce que je n’en savais rien ! Peut-être que tu ne savais pas mais le gouvernement ne laissait pas les soldats dire tout ce qu’ils voulaient. Et j’avais si peur !”

 

John : - “Heureusement après un an, je suis devenu soldat de l’armée de l’air. Et là bas, c’était moi qui était chargé de pousser le bouton pour larguer des bombes. Pendant la guerre, c’est tuer ou être tuer. C’est la règle.”

 

Kelly : - ”Tu as seulement fait ce que tu devais faire pour ton pays Jonh. Tu ne dois pas t’en vouloir pour ça.”

 

John : - “Si je dois ! J’ai volé la vie de beaucoup d’hommes. Des pères, des frères, des fils… Tous avaient une famille comme moi. Une fois, les Allemands ont détruits un hôpital sous mes yeux. Et j’espérais qu’il ne soit pas arrivé la même chose où tu étais.”

 

Kelly : - “Un hôpital ? Pourquoi ? Est-ce-que les soldats blessé sont une menace ?”

 

John : - “Apparemment…”

 

Kelly : - “Je ne peux pas le croire.”

 

John : - “La chose la plus terrible, c’est que j’aurais pu faire la même chose si j’avais du.”

 

Kelly : - “Tu sais, la guerre ne se trouvait pas seulement où tu étais. Ca concernait tout le pays. Où je travaillais, je voyais des hommes qui était devenu complètement fous. Pendant toutes les nuits, la plupart d’entre eux criaient ou se réveillait essayant d’attrper leur fusil.”

 

John : - “Oh mon dieu.”

 

Kelly : - “Certains avaient aussi perdu la mémoire. Ils ne savaient plus qui était leur mère ou leur femme. Et j’avais si peur de ça ! J’espérais que tu pourrais te souvenir de moi à ton retour.”

 

John : - “Je ne t’aurais jamais oublié Kelly. Tu es la raison pour laquelle je suis ici aujourd’hui.”

 

Kelly : - “Je t’aime John.”

 

John : - “Je t’aime encore plus chérie.”

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

 

 

 Final task 2, Léa-Lina

 

Deux soldats, un de la guerre d’Indochine (Henry) et un de la guerre d’Algérie (Mark).

 

Mark : Bonjour Henry ! Je suis content de te rencontrer. Est-tu prêt à parler de ton expérience de la guerre ?

Henry : Oui ! Par contre, cela risque d’être dur, j’en parle pour la première fois.

Mark : Oui je comprends totalement, ne t’inquiète pas. En ce qui me concerne, Je suis habitué à en parler. Cela fait quand même remonter des souvenirs douloureux… Y a-t-il un moment particulièrement traumatisant que tu veux me raconter ?

Henry : Mmh… Oui. Je me souviens quand j’étais en Indochine, les ennemis nous ont attrapés et ils nous ont jetés dans un trou. Nous n’avions pas de nourriture et le seul moyen d’en avoir était de grimper à un bambou pour récupérer un bol de riz. Malheureusement, seuls les plus fort pouvaient y arriver.

Mark : C’est horrible ! Comment survivaient ceux qui n’y arrivaient pas ?

Henry : Il y avait beaucoup d’entraide entre nous donc nous leur donnions une partie de notre repas. Néanmoins, ce fut une épreuve très rude psychologiquement, mais aussi physiquement puisque nous sommes seulement huit à avoir survécu sur vingt prisonniers au départ. Huit personnes sur vingt, c’est vraiment peu…

Mark : Cela a du être une expérience traumatisante… Au moins, tu avais les lettres de ta famille pour t’aider à avancer.

Henry : Oui, mais nous ne recevions les lettres qu’au bout d’un mois et parfois nous n’avions aucunes nouvelles de nos proches pendant plus longtemps… Mais assez parler de moi, raconte moi TON expérience.

Mark : La nuit était terrible. On entendait les cris des chacals. On aurait dit des cris d’enfants, donc on ne dormait pas beaucoup. Le climat était insupportable, il faisait soit trop chaud, soit trop froid, tu savais qu’il neigeait parfois ?

Henry : As-tu déjà été choqué par la mort d’un de tes camarades ?

Mark : Malheureusement oui… C’était la fois où un de mes amis se baissa pour cueillir une fleur mais un Fellaga lui a tiré dans la tête. Il est mort instantanément.

Henry : Je pense qu’on peut tous les deux dire que nos expériences de guerre ont été très différentes mais en même temps, elles étaient très similaires. En fait, on a tous les deux ressenti la même peur et la même souffrance mais aussi la même fierté.

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

 

Final task 2, Olivia-Mélodie

 

Olivia-Mélodie

 

M: Oh, je suis si heureuse de te voir… Quelle surprise!

O: Maman, la guerre est finie, je reviens à la maison pour de bon!

M: J’étais inquiète Harry, tu m’as tellement manqué! Tu vas bien? Tu es blessé? Est-ce que tu veux une tasse de thé?

O: En réalité, j’ai été blessé par une arme puissante mais maintenant, je vais bien, je vais bien, ne t’inquiète pas pour moi, j’ai juste quelques cicatrices.

M: Prend un siège, dis-moi tout. Comment ça s’est passé dans le champ de bataille? Tes camarades de guerre? Qu’est-ce que tu mangeais? Où as-tu dormi? As-tu gagné beaucoup de batailles?

O: Garde ton calme maman. J’ai beaucoup de flashbacks, je ne peux plus dormir. Quand je ferme les yeux j’ai des visions cauchemardesques, je pense que je ne peux plus vivre en paix.

M: Oh mon pauvre garçon, je suis là, c’est terminé. Je repousserai tes cauchemars et je ferai de mon mieux pour t’aider à passer à autre chose.

O: Maman je t’aime et je suis si soulagé que tu sois en bonne santé. Je suis tiraillé.

M: Oh mon fils… Je ne pensais pas que la guerre soit si horrible...

O: Je suis vraiment déçu d’apprendre que le gouvernement cachait des informations pour ne pas nuire à son image.

M: C’est vrai, je pensais même que la guerre continuait. C’est la raison pour laquelle j’étais si surprise quand je t’ai vu. Les journalistes ont essayé de dissimuler la vérité, mais c’est peut-être parce qu’ils voulaient protéger les familles qui restent aux États-Unis, et non les effrayer. Peu importe, je suis là pour toi maintenant. Tu dois être fort mentalement, courageux et je suis convaincue que tu vas oublier ce traumatisme même si c’est difficile. Tu as été aussi courageux qu’un lion. Tu étais patriote et tu as défendu notre nation. Désormais, c’est à mon tour de prendre soin de toi.

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

 

Final Task 2, Simon-Clara

 

FINAL TASK 2/ Dialogue

 

English part :

 

During the Indochina War, a wounded soldier is transported in the nearest nursery and is treated by a busy nurse. 

 

Nurse : Oh my god ! What happened ? Tell me everything !

 

Soldier : That’s a long story…

 

Nurse : Come on, I can take a few minutes to listen your story even if I have a lot of work.

 

Soldier : Please make it quick, I am bleeding to death !

 

Nurse : Show me where the injury is.

 

(The soldier shows his wound)

 

Nurse : The bullet stayed in the flesh. I don’t have the time to look for the doctor, I will do it myself. Do you trust me ?

 

Soldier : I think I don’t have the choice. Please, save me.

 

(Nurse starts to pull out the bullet, and Simon is suffering)

 

Nurse : You have to keep calm. So, what happened ?

 

Soldier : I was kidnapped by Indochinese with ten of my mates. Five of them died in front on my eyes. When I tried to escape, I received a bullet in my knee.

 

Nurse : What a tragedy !… How long have you had this wound ?

 

Soldier : Since yesterday night. Even if I was injured, I could escape with my friends, yet, it was very difficult to walk. I have already lost a lot of blood.

 

Nurse : The wound got infected during your escape. I have to disinfect it. It is really

deep. I am sorry to tell you that you will have to stay here during a long moment.

 

Soldier : I can’t let my mates fight for their lives while I am having a rest here.

 

Nurse : But you underestimate the seriousness of your injury. If I let you go, you will die.

 

Soldier : Okay, okay. In that case, I will try to be patient.

 

Nurse : But in fact, the problem is that I will have to transfer you because we don’t  have enough beds.

 

Soldier : Do you work in these conditions every day ?

 

Nurse : Yes, it’s my daily life. I can’t sleep a lot because there is always bustle.

(The nurse is treating the soldier’s knee)

 

Soldier : I guess you have seen all the possible injuries.

 

Nurse : There is no little injuries. There are those you can treat easily, those that need more time to heal and those you think you can treat but time doesn’t wait.

 

Soldier : I hope this is not my case. I am a person who prefers to die at the front. It would be more useful and heroic.

 

Nurse : I understand. I will do my best.

 

(The Nurse is pulling out the dirt of the knee) I’m sorry, it takes a long time. I don’t see clearly because you bleed too much. What is your mission in this war exactly ? 

 

Soldier : I’m a bomb-disposal expert but now, honestly, I don’t know what I am doing here !

 

Nurse : I think you are undaunted : you are serving your state ! All your relatives will consider you as a war hero ! By the way, you haven’t even said your name to me!

 

Soldier : I’m Simon and I don’t care being a hero or anything else.

 

(The Nurse is pulling out the bullet of the knee)

 

Nurse : All the soldiers who come here are heros. This war is unfair but you did your job and your duty all the way, without hesitating while you were perfectly aware that you could die any time. Now, this experience is part of you. You will always remember it, always remember what you lived with your mates and the pride in your children’s eyes when you return home.

You are really brave, believe me. You are my hero…

 

 

 

Partie en français :

 

Un soldat blessé et une infirmière pendant la guerre d'Indochine.

Infirmière : Oh mon dieu ! Que s'est-il passé ? Dîtes-moi tout !

Soldat : C'est une très longue histoire…

Infirmière : Aller, je peux vous accorder quelques instants pour écouter votre histoire même si j'ai beaucoup de travail.

Soldat : S'il vous plaît, faîtes-vite, je me vide de mon sang !

Infirmière : Montrez-moi la blessure.

(Le soldat montre où est la blessure)

Infirmière : La balle est restée dans la chair. Je n'ai pas le temps d'aller chercher un docteur, je vais l'enlever moi-même. Vous me faîtes confiance ?

Soldat : Je pense que je n'ai pas le choix. S'il vous plaît, sauvez-moi.

(L'infirmière commence à retirer la balle, et le soldat souffre)

Infirmière : Il faut que vous restiez calme. Alors, que s'est-il passé ?

Soldat : J'ai été kidnappé par les Indochinois avec dix de mes camarades. Cinq d'entre eux sont morts devant mes yeux. Quand j'ai essayé de m'échapper, j'ai reçu une balle dans le genou.

Infirmière : Tragique… Depuis combien de temps avez-vous cette blessure ?

Soldat : Depuis hier soir. Même si j'étais blessé, j'ai pu m'échapper avec mes amis et c'était très difficile de marcher. J'ai déjà perdu énormément de sang.

Infirmière : La blessure s'est infectée pendant votre évasion. Je dois la désinfecter. Je suis désolée de vous apprendre que vous allez devoir rester ici pendant un long moment.

Soldat : Je ne peux pas laisser mes camarades se battre pour leur vie pendant que je me repose ici.

Infirmière : Mais vous sous-estimez la gravité de votre blessure. Si je vous laisses partir, vous allez mourir.

Soldat : D'accord, d'accord. Je serai patient.

Infirmière : Mais en fait, le problème est que je devrais vous changer souvent de chambre car nous n'avons pas assez de lits ici.

Soldat : Vous travaillez dans ces conditions tous les jours ?

Infirmière : Oui, voilà ma routine. Je ne peux pas dormir beaucoup parce qu'ici, il y a toujours de l'agitation.

(L'infirmière s'occupe toujours de la blessure du soldat)

Soldat : Je suppose que vous avez vu toutes les blessures possibles.

Infirmière : Il n'y a pas de petites blessures. Il y a celles que vous pouvez soigner facilement, celles qui demandent plus de temps, et celles que vous pensez pouvoir guérir, mais où le temps n'attend pas…

Soldat : J'espère que ce n'est pas mon cas. Je suis un de ceux qui préfèrent mourir au front.

Infirmière : Je comprends. Je vais faire de mon mieux. Quelle est votre mission dans cette guerre exactement ?

Soldat : Je suis démineur, mais maintenant, honnêtement, je ne sais pas ce que je fais ici.

Infirmière : Je pense que vous êtes extrêmement courageux : vous servez votre pays. Tous vos proches et le reste du monde vont vous voir comme un héro de guerre ! D'ailleurs, vous ne m'avez même pas dit votre nom.

Soldat : Mais cette guerre est stupide, je suis juste Simon et je me fiche d'être un héro ou quoi que ce soit d'autre !

(L'infirmière retire enfin la balle du genou)

Infirmière : Tous les hommes qui viennent ici sont des héros. La guerre est injuste mais vous avez fait votre travail jusqu'au bout. Maintenant, cette expérience est une part de vous. Vous vous en rappellerez toujours, vous vous rappellerez toujours de ce que vous avez vécu avec vos camarades et de la fierté dans les yeux de vos enfants quand vous reviendrez chez vous. Vous êtes vraiment courageux,

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

 

Final Task 2: 2 voix

 

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

 

Final Task 2: 2 voices

 

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

 

 

Final Task 2: Interview Soldat

 

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

 

 

Final task 2: Nurse and soldier

 

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

Catégories
  • finalTasks