En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Les enseignements

LE LATIN ET LE GREC ANCIEN

Par admin joseph-saverne, publié le mercredi 22 mai 2013 14:04 - Mis à jour le mercredi 25 mars 2015 14:06

LE LATIN ET LE GREC ANCIEN AU LYCÉE JOSEPH SAVERNE...
... c'est possible.

Le lycée Joseph Saverne offre la possibilité en 2nde d'étudier le latin et le grec, séparément ou conjointement.
Le latin et le grec, contrairement à d'autres enseignements d'exploration, peuvent être continués en Première et Terminale : ils donnent lieu à une épreuve de baccalauréat, facultative (c'est-à-dire offrant des points supplémentaires pour le bac) dans les trois séries L, ES et S. En L, ils peuvent même donner lieu à une option de spécialité (coefficient 4). Cf ci-dessous.
Contrairement aux idées reçues, ces deux matières ne sont pas difficiles si le travail est régulier et les efforts soutenus. Les connaissances acquises sont utiles et variées.
 

LE LATIN ET LE GREC EN SECONDE.
En Seconde, les élèves peuvent choisir le latin ou le grec comme second enseignement d'exploration obligatoire (le premier enseignement d'exploration étant obligatoirement un enseignement d'économie ou de gestion) ;
Le groupe de latin accueille des élèves qui ont étudié la discipline depuis la classe de cinquième, le groupe de grec s'adresse à des débutants.

L'horaire hebdomadaire est le suivant : 3 heures pour la classe de latin et 1h30 pour la classe de grec.

Il est par ailleurs possible de choisir à la fois le Latin et le Grec. L'horaire est alors de 3heures : 1h30 pour le Grec et 1h30 pour le Latin. Les élèves qui sont dans ce cas de figure suivent l'intégralité du cours de Grec et la moitié de l'enseignement en classe de Latin.

Lors de l’orientation de fin de Seconde, les élèves peuvent continuer le latin ou le grec, quelle que soit la série générale qu’ils choisissent, L, ES ou S.

LA PLACE DU LATIN ET DU GREC DANS LES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT

Quelle que soit sa série de bac, L, ES ou S, l’élève peut donc passer le latin ou le grec en épreuve facultative orale au baccalauréat. Dans tous les cas pour les épreuves facultatives, il s’agit d’obtenir des points supplémentaires ajoutés au total des autres épreuves du bac : les points au-dessus de 10 sont comptabilisés et multipliés par 3 (dans les autres matières, ils ne sont multipliés que par 2 – la langue ancienne est ainsi valorisée). On ne tient pas compte d’une note égale ou inférieure à 10.
Exemple : un élève sérieux qui obtient 14 en latin à l’oral bénéficie de 12 points supplémentaires (14 = (10)+ 4 (x3), ce qui peut compenser un 7 obtenu dans une matière obligatoire à coefficient 4.
L’épreuve se passe sur liste des textes étudiés pendant l’année de Terminale. Elle se prépare pendant 30 minutes avec dictionnaire, et se passe en 15 minutes.
En série L, le latin ou le grec peuvent être choisis comme spécialité, à titre de troisième langue. Il s’agit alors d’une épreuve écrite à coefficient 4 portant sur le programme de Terminale. Dans ce cas, l’élève passe une autre matière en épreuve facultative.
 

POURQUOI ÉTUDIER LE LATIN OU LE GREC ANCIEN AU LYCÉE ?
Pour des raisons scolaires :
En français :
Le latin et le grec aident puissamment l’élève dans la connaissance de la langue française : 70% environ de notre vocabulaire français provient du latin, 20 % du grec. Étudier ces langues est aussi étudier les racines et l’orthographe du français, et comprendre le sens et le poids historique de nos mots de tous les jours ou de ceux des textes littéraires qui font l’objet de l’enseignement du lycée dans les programmes de français.
Tous les mots nouveaux dont ont besoin les nouvelles techniques, les découvertes scientifiques ou les sciences humaines se forment à partir des racines latines et surtout grecques qui sont le réservoir toujours vivant de l’enrichissement indispensable et constant de notre vocabulaire.
En langues vivantes :
Le latin est en relation étroite avec les langues dites « néo-latines », espagnol, italien et occitan dont les racines sont communes. L’élève qui étudie le latin en même temps que ces langues se trouve donc dans un univers linguistique cohérent et porteur. Aussi étrange que cela puisse paraître, l’anglais, notamment pour les racines de ses termes, est parfois plus proche du latin que le français. Les racines latines y ont été moins déformées, et le lexique anglais s’explique et se retient mieux à l’aide du latin.
Le latin et le grec, plus généralement, permettent d’étudier le système général des langues. Comme ils ne sont plus parlés, leur système (lexique, déclinaison, conjugaison, grammaire) est clos et peut s’observer de façon scientifique, sans perdre de temps en communication orale.
En culture générale et scientifique :
La culture générale n’est pas une matière de lycée, mais le latin et le grec la procurent : par le biais de l’étude des textes et des langues de l’Antiquité, les élèves apprennent les mythes, les grandes figures de l’histoire,
les grandes idées de la littérature et de la pensée, l’histoire des découvertes mathématiques, scientifiques, techniques, psychologiques, toutes sciences dont le lexique entier est emprunté au grec et non à l’angloaméricain, et qui devient ainsi très vivant pour des élèves qui en connaissent les origines.
Pour des raisons de formation personnelle :
Les langues anciennes, qui demandent de la rigueur et de la concentration du fait de leurs systèmes très logiques, forment à ces deux qualités les élèves qui en manqueraient. Elles développent aussi l’esprit scientifique, en obligeant l’élève à poser en permanence des hypothèses de grammaire ou de sens, d’agencement, à construire des anticipations, puis choisir une signification pour des raisons objectives et motivées, qui s’apparentent à la démonstration, dans les exercices de version. Le latin et le grec préparent enfin des esprits ouverts : les langues anciennes mettent les élèves au contact de mentalités éloignées et donc étonnantes, qui leur expliquent le passé en éclairant par différence le présent, les préparent à appréhender sans préjugés des horizons variés et les forment à la conscience historique.
Pour des raisons utilitaires :
Le latin ou le grec rendent service pour le baccalauréat. On voit beaucoup d’élèves regretter en classe de seconde d’avoir abandonné leur option latin ou grec de collège :
- en L, manquant d’une matière, ils doivent doubler le coefficient de leur première langue vivante (soit coefficient 8) et prendre ainsi des risques, ou renoncer à une épreuve facultative source de points.
- en ES et S, ils se privent des points supplémentaires d’une épreuve facultative jamais négative.
Le latin ou le grec (ou les deux) sont parfois indispensables et toujours souhaitables pour des études supérieures réussies de lettres, d’histoire, de langues européennes quelles qu’elles soient, de communication et en général dans les sélections ou les concours, où les places sont chères et où la culture générale « paie ».
Certains concours de grandes écoles littéraires, commerciales ou des métiers de la culture (archéologie, bibliothèques, médiation culturelle, patrimoine) offrent davantage de chances aux candidats qui peuvent passer une épreuve de langue ancienne : disposant d’une matière supplémentaire, ils peuvent mieux répartir leurs chances de réussite. Ils donnent également ainsi des preuves de clarté d'esprit et de culture générale.